Le crapaud vert

Le crapaud vert

C’était un jeune crapaud, à peine deux ans, un adolescent. Que sait-on encore à cet âge? Un petit amphibien d’une gracieuse couleur verte, à la peau gentiment grumeleuse…
« Verruqueuse! grommelle papa crapaud. Soyons précis, je vous prie…

-Mon fils, dit vivement maman crapaud, croyez-moi, vous êtes beau, le plus aimable, le plus galant, le prince charmant de tous les petits crapelets. Sans doute sautez-vous moins loin que votre cousine la grenouille, mais vous êtes plus utile au jardin, je suis fière de vous! »

Ainsi lesté de confiance, le jeune crapaud sortit un soir d’été de dessous la grosse pierre familiale, et s’en alla se promener. il dressait avec orgueil sa tête aplatie, et regardait le monde inconnu en levant haut ses lourdes pau-pières. il faisait chaud, la nuit était douce et belle. Une délicieuse petite fille le rencontra dans la grande allée. Elle poussa un cri :
« Oh ! Quelle horreur, un crapaud! -Mon Dieu! qu’il est laid! » dit sa mère. Elle le repoussa du pied. Par réflexe, le jeune crapaud se couvrit d’urine protectrice. « C’est vraiment une créature ignoble! » fit lamère.

Elles s’éloignèrent toutes deux, en reniflant de dégoût.

Print Friendly

Vous pourriez également apprécier...

Comments are closed.