Extraits philosophiques

Revenu

« L’argent qu’on possède est l’instrument de la liberté ; celui qu’on pourchasse est celui de la servitude. »
Jean-Jacques Rousseau, Les Confessions

Afin de restaurer confiance et espoir dans l’avenir de nos sociétés et de notre monde, il nous faudra subvertir les idées reçues, ébranler nos préjugés et apprendre à embrasser des idées radicales. Parmi celles-ci, l’idée, simple mais cruciale, d’un revenu de base inconditionnel : un revenu en espèces payé régulièrement à tous, à titre individuel, sans conditions de ressources ni obligation de travailler.
L’idée n’est pas nouvelle. Depuis la fin du XVIIIe siècle, elle a germé dans bien des esprits audacieux. Aujourd’hui, cependant, en raison de la conjonction d’inégalités grandissantes, d’une nouvelle vague d’automatisation et d’une conscience plus aiguë des limites écologiques à la croissance, elle est devenue l’objet d’un intérêt sans précédent partout dans le monde. Que l’on se penche sur le destin des États-providence développés ou que l’on cherche à configurer la sécurité économique de base dans les parties les moins développées de notre petite planète, on ne peut éviter de la rencontrer. Inévitablement, l’idée d’un revenu de base inconditionnel intrigue, voire enthousiasme, ceux qui veulent que le monde de demain soit un monde de liberté – de liberté réelle, et non pas de simple liberté formelle, et pour tous, non pas seulement pour quelques privilégiés.
Dans le chapitre 1, nous présenterons l’argumentation centrale en faveur d’un revenu de base inconditionnel : comment il s’attaque aux problèmes de la pauvreté, du chômage, de la précarisation du travail et de la croissance effrénée ; et comment il peut être considéré comme un instrument de liberté et un élément essentiel d’un cadre institutionnel émancipateur qui soit soutenable. Dans le chapitre 2, nous discuterons une série de propositions alternatives pour lesquelles les personnes attirées par le concept de revenu de base – nous compris – tendent à éprouver une certaine sympathie et nous indiquerons pourquoi nous croyons que le revenu de base doit leur être préféré. Dans le chapitre 3, nous esquisserons le destin intellectuel et institutionnel, à partir du XVIe siècle, des deux modèles établis de protection sociale : l’assistance et l’assurance sociales. Dans le chapitre 4, nous retracerons, depuis la fin du XVIIIe siècle, l’histoire fascinante de l’idée d’un troisième modèle radicalement différent : le revenu de base. Le chapitre 5 commencera par le procès moral qui lui est intenté. En réponse, nous présenterons ce que nous croyons être sa justification éthique fondamentale, brièvement évoquée dans le chapitre 1, et nous discuterons une série d’approches philosophiques alternatives. Le chapitre 6 explorera la question de savoir si le revenu de base est finançable et discutera les multiples modes de financement proposés. Sur cette toile de fond, le chapitre 7 évaluera les perspectives politiques du revenu de base en présentant un panorama des réactions qu’il suscite parmi les forces politiques et sociales à travers le monde et en explorant les façons d’éviter un éventuel contrecoup. Enfin, le chapitre 8 considérera les défis propres auxquels le revenu de base fait face dans un contexte de mondialisation. Tout au long de l’ouvrage, l’attention se portera prioritairement sur les propositions s’adressant aux sociétés développées, mais leur pertinence grandissante pour les pays en développement sera également abordée à de nombreuses occasions.
Après avoir examiné attentivement l’idée d’un revenu de base inconditionnel, on peut choisir d’y adhérer ou de la rejeter. Ce livre explique pourquoi nous croyons qu’il faut y adhérer. Mais il ne s’agit pas d’un pamphlet partisan. Pour une bonne part, il s’agit bien plutôt d’une synthèse critique exhaustive de la littérature, à la fois multidisciplinaire et multilingue, qui foisonne sur le sujet. À ce titre, l’ouvrage aspire à fournir un recueil d’informations fiables et d’aperçus éclairants qui doivent être utiles à ceux qui argumentent en faveur du revenu de base mais aussi contre lui, en aidant à corriger les erreurs factuelles et les confusions conceptuelles que l’on trouve souvent de part et d’autre. Il vise également à prendre à bras-le-corps les objections les plus sérieuses à la désirabilité et à la faisabilité du revenu de base. Éluder ces objections peut certes aider à gagner un débat télévisé, mais il ne saurait garantir le succès pérenne d’une proposition juste – bien au contraire. Oui, un monde meilleur est possible et, pour qu’il advienne, il nous faut faire preuve d’imagination et d’enthousiasme. Mais une discussion intellectuellement honnête, qui n’esquive pas les faits dérangeants et les difficultés embarrassantes, est absolument indispensable. C’est cet effort collectif que ce livre vous invite à rejoindre.

Le revenu de base inconditionnel.
Philippe Van Parijs.
Yannick Vanderborght.
Eidtions La découverte, 2019.

Print Friendly