Rentrée 2018

Il ne décolère pas.
Décolérer est ce verbe qui ne tolère que la négation. Vous ne lirez jamais que quelqu’un décolère. Pourquoi ? Parce que la colère est précieuse, qui protège du désespoir.
Trois heures plus tôt, il n’y avait pas heureux comme lui.
– Tu es la plus belle. À cause de toi, toutes les autres sont laides. Non. À cause de toi, les autres femmes n’existent pas.
– Il faudra pourtant t’y habituer.
– Cinq ans que nous faisons l’amour et nous n’avions jamais été si haut. As-tu déjà entendu parler d’une pareille histoire ?
– Non.
– Tu t’appelles Reine. Au début, ton prénom me terrifiait. À présent, je ne supporterais pas que tu te nommes différemment. Reine, c’est tellement toi. Reste dans mes bras, mon amour.
– Je ne peux pas.
– Où vas-tu ?
– Je vais me marier.
– Très drôle.
– Ce n’est pas une plaisanterie. J’épouse Jean-Louis dans deux jours.
– Qu’est-ce que tu racontes ?
– Jean-Louis. Tu le connais.
– C’est moi que tu aimes. C’est moi que tu veux épouser.
– Quand mes parents se sont mariés, ils s’aimaient d’amour fou. Ils ont eu une vie médiocre. Maintenant, ma mère sert de bonniche à mon père. Très peu pour moi.
– Avec moi, tu n’auras pas une vie médiocre.
– Nous sommes ensemble depuis cinq ans. À part l’amour, tu n’as rien fait.
– Tu ne t’en es pas plainte.
– Ne sois pas vulgaire. Jean-Louis devient le numéro deux d’une énorme compagnie d’électronique. Il m’emmène à Paris.
– Paris !
– Oui, Paris. L’excellence, la grande vie. Ce dont j’ai toujours rêvé. Combien de fois t’ai-je dit que je voulais quitter ce patelin ?
– Je n’ai que vingt-cinq ans.
– Et moi, j’ai déjà vingt-cinq ans. Je n’en peux plus d’attendre.
– Jean-Louis sait-il que j’existe ?
– Comment pourrait-il l’ignorer ?
– Et ça ne le dérange pas ?
– C’est du passé.
– Du passé ! Il y a une demi-heure, nous faisions l’amour comme des dieux !
– C’était la dernière fois.
Reine acheva de s’habiller en silence.
– Mon amour, ce n’est pas possible. Dis-moi que c’est un affreux cauchemar, une blague d’un goût atroce, une provocation.
– C’est la vérité. Adieu.
Resté seul, il choisit la colère. Pour la nourrir, il décide de se venger. En tuant Reine ? Sûrement pas. Cela se retournerait contre lui.
Surtout, il veut que Reine souffre. Qu’elle souffre autant qu’il souffre.
Il ne décolérera jamais.

Les prénoms épicènes.
Albin Michel, 2018.

Print Friendly

Vous pourriez également apprécier...

Comments are closed.