Macaque, le petit singe voleur

Macaque était un petit singe gourmand, terriblement gourmand. Tout le monde le connaissait et s’enméfiait. Macaque savait qu’il ne devait pas voler, car il risquait de se retrouver enfermé dans une cage.
Oui, il le savait bien… mais il avait du mal à résister à la tentation, surtout quand il s’agissait de figues, de bananes ou de pistaches.

Ce jour-là, une femme du village faisait griller des pistaches et les mettait dans un plat. Quelle odeur délicieuse ! Macaque s’approcha sur la pointe des pattes et observa. La femme allait et venait, laissant la porte de la maison ouverte. Macaque ne résista pas longtemps. Il attendit que la femme soit dans son  jardin… Il bondit dans la maison, prit une poignée de pistaches et ressortit.

Le lendemain, Le petit singe voleur fit la même chose. Hop ! Dans la maison !
Une poignée de pistaches grillées… et hop ! Dehors. Évidemment, la femme comprit que quelqu’un volait ses pistaches et elle murmura :
– Je parie que c’est ce coquin de Macaque. Je vais lui donner une bonne leçon.

Elle prit une calebasse vide. Elle l’a rempli à moitié de pistaches grillées. Dans la partie supérieure de la calebasse se trouvait un trou, juste assez grand pour y glisser la main en serrant bien les doigts. La femme plaça donc la calebasse là où se trouvait le plat, les jours précédents, puis elle alla dans le jardin.
Macaque n’était pas loin. Il entra dans la maison et se lécha les babines :
– Ah, ah ! Une calebasse remplie de pistaches grillées ! Un vrai régal !
Le petit singe voleur glissa la main dans le trou et saisit une bonne poignée de pistaches. Quand il voulut sortir sa main… impossible ! Il aurait dû lâcher les pistaches, bien sûr, mais il n’y pensait même pas. Il sautillait d’un côté, de l’autre, en essayant de sortir de la calebasse sa main pleine de pistaches. Et il répétait :
– Je suis pris au piège… Je suis pris au piège.

La femme revint du jardin. Elle tenait une longue corde au bout de laquelle elle avait fait un nœud coulant. Elle passa la corde autour de la taille de Macaque et elle entraîna le petit singe vers la place du village.  Là, elle attacha l’autre extrémité de la corde à un gros arbre et tous les passants éclatèrent de rire :
– Regardez Macaque le voleur ! Pourquoi tient-il cette calebasse ?
– Je suis pris au piège, gémissait Macaque, qui refusait d’abandonner les pistaches.
Je suis pris au piège.
Alors tous les enfants du village se mirent à tourner autour de l’arbre et du singe prisonnier, en chantant : – Petit Macaque est un voleur ! Que mangera-t-il, tout à l’heure ? Un courant d’air ou une claque ! Tant pis pour toi, petit Macaque !
Alors, le petit singe fit une terrible grimace et il lâcha la calebasse.

Haïti.

Print Friendly