Le paon qui n’avait pas d’amis

Un matin, le paon se réveilla en se trouvant bien seul. Il se mit à se lamenter. Il n’avait pas d’amis. Personne ne venait jamais le trouver, ni parler, ni jouer avec lui. Bon nombre l’admirait pour son beau plumage, mais nul n’était son ami. Il alla se plaindre auprès de l’éléphant, qui était, en ce temps-là, le plus sage des animaux.

– Regarde-moi, lui dit-il, je suis sans conteste le plus gracieux des oiseaux, pourtant on me fuit comme si j’avais la peste. Jamais une visite, jamais un signe d’amitié ! Dis-moi, toi que l’on prétend sage parmi les sages, pourquoi cette injustice et comment y remédier?

– Il n’y a qu’une façon d’avoir des amis, lui répondit l’éléphant, c’est d’en être un soi-même. Au lieu de reprocher aux autres de ne pas venir vers toi, t’es-tu auparavant soucié d’aller vers eux.

Print Friendly