Il était une fois un homme très grand et très fort, qui avait été autrefois soldat. Il s’appelait lui-même le Meilleur des Guerriers. Il avait combattu dans de nombreuses guerres et tué beaucoup d’ennemis. Dans son petit pays, c’était un héros. Tout le monde le craignait et le respectait. Quoi qu’il eût envie de faire, il l’accomplissait, car personne n’aurait osé l’en empêcher. Où qu’il allât, il disait: «Je suis le Meilleur des Guerriers ».

Un jour qu’il affirmait cela, un petit garçon lui répondit: «Je ne crois pas que vous soyez le Meilleur des Guerriers.» Le soldat en devint furieux. Il souleva l’enfant et lui dit: « Tu as de la chance d’être un enfant, car bien des gens sont morts pour moins que cela. Si je ne suis pas le Meilleur des Guerriers, alors qui est-il, selon toi?» L’enfant lui répondit: «Au milieu de la jungle, dans une grotte, vit un homme. Je crois que c’est lui le Meilleur des Guerriers. »
Le soldat se rendit immédiatement dans la jungle pour trouver son rival, bien décidé à le tuer. Enfin, il trouva la grotte et lança un défi à cet homme. «Sors de là et bats-toi contre moi: nous verrons bien qui de nous deux est le Meilleur des Guerriers.» Imaginez sa surprise quand il vit un vieillard sortir de la grotte! Il était si faible que c’est à peine s’il pouvait marcher.
Le soldat rit: «Quelqu’un m’a joué un tour. Il m’a prétendu que vous étiez le Meilleur des Guerriers!»

Avec des yeux remplis de bonté, le vieil homme lui répondit: « Celui qui t’a parlé a bien dit la vérité. Je suis le Meilleur des Guerriers. »
– D’abord un petit garçon, maintenant un vieillard: non, je ne peux pas te tuer, répondit le soldat.
– Si tu y parvenais, cela prouverait seulement que tu es un meurtrier, pas un guerrier. Je ne pense pas que tu aies le courage de vivre comme moi, seul dans la jungle, lui dit le vieillard.
– Hmmm …, fit le soldat pour toute réponse.
– Je te mets au défi de vivre une année entière dans cette jungle. Au bout d’un an, reviens me voir et nous déciderons qui est le Meilleur des Guerriers.

Le soldat releva le défi et vécut un an seul dans la jungle.
Il devint un excellent chasseur. L’aigle l’instruisit, ainsi que le jaguar et l’araignée.
Au bout d’un an, il revint voir le vieil homme. Une fois encore, celui-ci le mit au défi en lui proposant de rester un an de plus dans la jungle et d’utiliser les techniques qu’il avait apprises afin, cette fois, de chasser la connaissance. «Après avoir chassé la connaissance durant un an, reviens me voir et nous déciderons qui est le Meilleur des Guerriers. »
Grâce aux techniques de chasse de l’aigle~ du jaguar et de l’araignée, le soldat apprit tout ce qui concernait la nature, les étoiles, les animaux et les mathématiques. Il accumula beaucoup de connaissances, et plus il apprenait, plus son ego croissait. Il se dit alors à lui-même: «Cela ne fait aucun doute: je suis le meilleur. »

Quand le soldat revit le vieil homme, celui-ci lui lança le défi de passer un an de plus à se chasser lui-même. Le soldat releva aussi ce nouveau défi.
Il commença alors à chasser chacune de ses émotions et de ses actions, ainsi que la moindre de ses réactions. Il se mit soudain à se voir lui-même, à se confronter à lui-même. Il fit la guerre à son système de croyances. Et il commença à accepter et à aimer tout ce qui l’entourait. Sa transformation était si étonnante qu’en très peu de temps, à peine trois mois après avoir commencé à se chasser lui-même, il sentit vraiment que le vieil homme était son maître, son instructeur, et que c’était bien lui le Meilleur des Guerriers. Il ressentait soudain un immense amour pour lui. Et il se mit aussi à avoir de la compassion pour tous les gens qu’il avait blessés.

Il était impatient de revoir le vieillard. Il retourna donc à la grotte et l’appela. Mais le vieil homme ne parut pas. Hésitant, le soldat pénétra dans la cave. Tout ce qu’il trouva fut un corps sans âme. Le vieil homme était mort. Alors, le soldat décida de rester dans cette grotte et de devenir le Meilleur des Guerriers.
Désormais, il demeure dans cette grotte et attend que vous le mettiez au défi.

Don Miguel Ruiz.

Print Friendly