Un jour, assis sur le pas de la porte d’une maison quelconque, Diogène était en train de manger un plat de lentilles.
Dans tout Athènes, il n’y avait pas de nourriture moins chère que les lentilles.
Autrement dit, cela revenait à connaître une situation d’extrême précarité.
Un ministre de l’empereur passa par là et lui dit : « Pauvre Diogène ! Si tu apprenais à être plus soumis et à flatter un peu l’empereur, tu n’avalerais pas autant de lentilles. »
Diogène cessa de manger, leva les yeux et, regardant intensément son riche interlocuteur, répondit :
« Pauvre de toi, mon frère. Si tu apprenais à consommer un peu de lentilles, tu n’aurais pas besoin d’être soumis et de flatter autant l’empereur. »

Print Friendly