Extraits philosophiques

Clémence Didion

Clémence Didion expose ses dessins à la Galerie Rivoli.

LA PEAU DE L’OURS
Galerie Rivoli
690 Chaussée de Waterloo
1180 Uccle
www.lapeaudelours.net
info@lapeaudelours.net

Fruit Loops – Clémence Didion

8 MARS > 4 AVRIL
curated by
Vincent Vanden Bogaard
Vernissage
Dimanche 8 mars de 12h à 19h

Clémence Didion

Dans un monde, ni fermé ni fini, où tout semble s’être arrêté, là exprès pour être contemplé, s’entrelacent fantômes et chimères ; des esprits évasifs et des spectres qui hantent encore certaines pensées, certains passés. Dans cet univers, mis en pause ou au ralenti, flottent des êtres sans identité, sans genre et sans traits d’unicité. Ils passent, lentement, d’un côté à l’autre du format. Ils sont des éléments interchangeables. Ils représentent des souvenirs en suspend. Un monde loufoque s’articulant autour de structures peinturlurées et de squelettes organiques qui viennent donner un équilibre aux différents agencements. Un univers à l’image de sa créatrice, bien loin de l’image édénienne et paradisiaque et ce malgré le calme et l’ordre qui y règnent. C’est l’entropie qui émane des pensées prolifiques de Clémence qui nourrit ses compositions. Des cycles mis en arrêt sur image, le temps que nos yeux croisent ceux dessinés et peints, en très grand, dans les brumes colorées. Ces regards aux allures de cartoons dialoguent avec des emboiements de files et de tuyaux, embrassent des langues rigides et fixent des objets sans noms. L’absurde semblerait alors atteindre une apogée.

Un monde loufoque s’articulant autour de structures peinturlurées et de squelettes organiques…

Mais de quelle absurdité parle-t-on ? Comment comprendre ce qui défie la logique ; la nôtre, dans un monde ; le sien, obéissant des règles formelles et structurelles ? C’est à partir de ce moment, de ce questionnement, que l’on rentre vraiment dans le travail de Clémence. Qu’il soit bidimensionnel ou tridimensionnel, au crayon ou à l’huile, ce territoire fictif nous fait voyager dans ses souvenirs, dans son enfance et dans ses obsessions. Tantôt japonisant, tantôt rythmé par des musiques lancinantes ou des rythmes entraînant. Clémence nous fait basculer dans un travail empli de symboles qui emprunte certains aspects à Walter Swennen, Odilon Redon ou Léon Spilliaert et qui font fi de toute marche à suivre. Le travail évolue peu à peu de manière organique et s’ouvre à de nouveaux questionnements formels. A la façon de Philippe Guston, de Mayan S. Mayan ou de Armen Eloyan, telle une hallucination continue, les sujets respectifs choisis se suivent, puisent leurs inspirations aux mêmes endroits et se façonnent avec le temps pour finalement arriver à un résultat différent. Les formes s’arrondissent, se colorent et s’animent un peu plus.
Inspirations

Dans un trip éveillé aux allures de fable d’un Eugène Ionesco contemporain, Clémence nous invite à quitter l’enfance et à s’approcher d’une plus dure réalité ; faite d’essais et erreurs, afin de se rapprocher de la fragilité d’une existence plus soutenue : comme un écho, une résonance de nos troubles et de nos incompréhensions.

Vincent Vanden Boogard. La peau de l’ours.

 

Print Friendly